Automobile : Toyota ferme son usine de Valenciennes

Les 5 000 employés de Toyota à Valenciennes (Nord) sont en vacances avant l’heure. Ils n’ont pas eu le choix. "Plus de pièces, pour l’instant est à l’arrêt. On a aucune visibilité sur la durée, sur le temps", témoigne un salarié auprès de France Télévisions. La production pourrait reprendre la semaine prochaine si les pièces détachées arrivent. Elles sont pour le moment en Grande-Bretagne, sur des camions bloqués par la fermeture de la frontière. Pas assez de visibilité ? Toyota reçoit habituellement sept cargaisons par jour : des blocs de chauffages, des climatiseurs ou encore des faisceaux électriques. "Ce n’est pas anodin, nais c’est un crève-cœur, confie Jean-Christophe Deville, vice-président de l’administration Toyota Onnaing. Quand on a une usine avec 5 000 personnes, qui marche avec un tel succès... […] On ne le fait pas de gaité de cœur." L’usine n’a qu’une seule journée d’avance de stocks de pièces détachées, une stratégie dénoncée par les syndicats, qui souhaitent "demander à la direction d’avoir une visibilité plus lointaine" sur le stock.