Automobile : pourquoi la fin des véhicules thermiques en 2035 est un défi pour la filière

Une révolution automobile que le secteur va devoir surmonter. À partir de 2035, la vente de véhicules thermiques neufs sera interdite dans l'Union européenne , selon le vote des députés du Parlement mercredi. Hors marché d'occasion, seules les voitures neuves 100% électriques pourront être vendues, à l'inverse des véhicules diesel, essence, hybrides et hybrides rechargeables, biocarburant et même qui fonctionnent au carburant de synthèse. La filière est prête à relever le défi, même si elle aurait préféré garder une petite part d'hybride pour ne pas tout miser sur l'électrique.

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici

La fabrication des batteries et le déploiement des bornes de recharge

Parmi les défis à relever, il y aura d'abord la fabrication des batteries sans être dépendant de l'Asie, comme c'est le cas actuellement. C'est d'ailleurs en cours : il y aura trois méga usines en France . Leur production va démarrer d'ici à 2023-2024. Il faudra réussir à être compétitif.

Il y a aussi le déploiement des bornes de recharge. "Il faut aujourd'hui multiplier par sept le rythme d'installation entre maintenant et 2035 pour tenir les objectifs tels qu'ils seraient fixés dans cette réglementation. C'est un gros défi", alerte Marc Mortureux, directeur de la Plateforme de la filière automobile (PFA), au micro d'Europe 1.

>> LIRE AUSSIComment le secteur automobile prépare la voiture durable

Le marché chinois, premier défi pour le secteur

La bataille a déjà com...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles