Automobile : des options payantes débloquées par logiciel

·1 min de lecture

La semaine dernière, on vous parlait du groupe Stellantis (ex PSA) qui mise sur le logiciel pour doper son chiffre d’affaires. Vous avez observé une tendance plus globale dans l’automobile : débloquer des options par logiciel pour gagner plus d’argent.

Les constructeurs s’inspirent de plus en plus des applications mobiles. Celles qui sont soi-disant gratuites, mais qui obligent à payer un abonnement pour continuer à les utiliser. Les mêmes techniques arrivent dans l’automobile. Chez Toyota, par exemple, si l’on veut démarrer sa voiture à distance (il fait froid, on préfère rester au chaud et mettre le contact de loin pour laisser chauffer la voiture), la fonction est gratuite seulement la première année. Ensuite, il faudra payer 7€ par mois ou 70€ par an.

Quasiment tous les constructeurs travaillent sur ce type de microtransactions maintenant que leurs véhicules sont connectés à internet. C’est peut-être bientôt la fin des interminables catalogues d’options. Les voitures sortiront d’usine tout équipées. Et les options seront débloquées par logiciel après la vente.

Est-ce qu’il y a déjà des constructeurs qui le font ?

La dernière Mercedes EQS par exemple. Elle est livrée d’origine avec les roues-arrières directrices. Mais pour en profiter, il faut d’abord débloquer l’option avec un abonnement à 500 € par mois. Même chose chez Tesla où la conduite autonome et la super accélération (celle qui colle au siège) se débloquent toute seules par logiciel après avoir payé 7.000€.

Parfois,...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles