Automobile : des garages solidaires pour les personnes à faibles revenus

“Notre idée pour la France c’est de proposer à des donateurs particuliers professionnels de donner leur voiture contre une déduction d'impôts, pour qu’on puisse les réparer, les remettre en état et les revendre à des gens qui ont peu de moyens, pour qu’ils puissent accéder à un boulot ou emmener leurs enfants à l’école. En gros, s'intégrer dans notre société”, explique Guillaume Florenson, directeur de l’association Solidarauto. Chaque année, cette association récupère 400 véhicules qu’elle revend entre 1 500 et 3 000 euros. Les donateurs reçoivent en contrepartie un avoir fiscal. Si elles ne sont plus toutes jeunes, avec parfois plus de 100 000 kilomètres au compteur, ces véhicules sont remis en état et sous garantie, complètement réparés, et le contrôle technique est fait. Pour être acquéreur, il faut être bénéficiaire des minimas sociaux. Garages solidaires Les garages solidaires ont aussi le vent en poupe pour faire des économies. “Cela aussi, c’est un bon plan, pour réparer sa voiture moins cher”, poursuit la journaliste France Télévisions Valérie Heurtel sur le plateau de France 2. Le principe est simple : on paye une cotisation de maximum 150 euros par an. La première option est de confier son véhicule à un garagiste, pour un prix horaire largement moins cher que d’ordinaire. La deuxième option est de réparer soi-même les équipements du garage. "Certains garages proposent des ateliers pour apprendre des rudiments de mécanique”, précise la journaliste. Il existe à peu près 200 garages solidaires dans toute la France.