Automobile : la bulle Tesla, dopée aux crédits réglementaires

·1 min de lecture

" Comment un constructeur automobile qui a écoulé à peine un demi-million de voitures l’an dernier peut-il valoir autant que tous les géants du secteur réunis ? La seule vente de ses voitures n’est toujours pas profitable, et si ses concurrents se mettent dans la position de pouvoir se passer de ses crédits, Tesla sera dans le rouge ", rappelle Laurent Herblay.

Tout ce qui se passe autour de Tesla a un côté surnaturel. Comment un constructeur qui a écoulé à peine un demi-million de voitures l’an dernier peut-il valoir autant que tous les géants (VW, Toyota, Ford, GM, Renault, Stellantis, Mercedes et BMW) de l’automobile réunis ? Les résultats du premier trimestre ajoutent au brouillard puisque les bons résultats apparents ont déçu la Bourse. Pourquoi ?Les chiffres sont stupéfiants : en 2020, Tesla a écoulé 500 000 voitures, réalisé 30 milliards de dollars de chiffre d’affaires et dégagé un profit de 700 millions. En comparaison, Volkswagen a vendu 9,3 millions de voitures, fait 223 milliards d’euros de chiffre d’affaires (250 en 2019) et réalisé plus de 10 milliards de profits (19 en 2019).Le Apple de l'automobile ?Pourtant, Tesla vaut 700 milliards de dollars et Volkswagen à peine 125 milliards d’euros ! De même, Daimler-Benz vaut à peine 80 milliards, alors que le groupe écoule près de 3 millions de véhicules, fait plus de 150 milliards de chiffre d’affaires, et a généré des profits de 6,6 milliards en 2020. Naturellement, il y a un phénomène de bulle totalement...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

De l'automobile à la téléphonie : le semi-conducteur, nouvel instrument de la souveraineté des Etats

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

Tesla installe sa "Gigafactory" près de Berlin, et déclare la guerre à l’industrie automobile allemande

Malgré un secteur automobile à la peine, le succès des voitures sans permis

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires