Automobile : "Aucun mouvement massif de relocalisations ne se dessine chez Renault et PSA"

Renault et PSA ont trop délocalisé ces dernières années.

Marianne :Emmanuel Macron a annoncé le 26 mai un plan pour lutter contre les délocalisations, où la filière automobile s'engagerait à maintenir "la totalité de la production industrielle" sur le territoire national, et relocaliserait la production de véhicules électriques. Est-ce crédible selon vous ?

Bernard Jullien : Il y a effectivement des tentatives de pression du gouvernement sur les constructeurs Renault et PSA pour qu’ils fabriquent leurs voitures électriques en France. Mais ce n’est pas gagné : en termes de relocalisations, il n’y a pas de mouvement massif qui se dessine. En effet, les constructeurs n’ont pas promis à l’Etat que toute leur production électrique serait à l'avenir française.

Pour PSA, cela découle d’une vision stratégique : ses sites de productions sont multi-énergies, c’est-à-dire qu’ils produisent un même modèle du thermique à l’électrique en passant par l’hybride. Il n’y a donc pas de raisons pour PSA de relocaliser en France la 208 électrique fabriquée en Slovaquie, puisque les 208 sont produites là-bas. Certes, lors de son discours, le chef de l’Etat a annoncé que PSA s’engageait à produire la 3008 électrique à Sochaux. Mais c’était évident puisque les 3008 sont déjà fabriquées dans le Doubs.

Pour Renault, ce sont davantage les difficultés économiques qui empêchent les engagements clairs…


Lire la suite