Automobile : une année noire pour Renault et l'ensemble du secteur

Renault a perdu 8 milliards d’euros en 2020. La pandémie met un coup de frein à la vente de ses véhicules : les ventes de voitures du constructeur français ont baissé de 21,3 %. Le groupe, déjà en difficulté avant le Covid-19, prévoit d’ici 2023 de se déparer de 15 000 postes, dont 4 600 en France. Renault n’est pas le seul responsable de cette lourde perte : son partenaire Nissan accuse la moitié du déficit. L’État a soutenu le groupe avec un prêt de 5 milliards d’euros. Bruno Le Maire se dit confiant et a confirmé son soutien à l’industrie automobile, vendredi 19 février. “Vous ne pouvez pas attendre des résultats en quelques jours ou en quelques semaines : c’est dans quelque mois qu’on verra les résultats”, a-t-il assuré. Mais le constructeur prévoit une année 2021 difficile. L’ensemble des constructeurs automobiles touchés Plus largement, c’est l’ensemble du secteur automobile qui est touché. “Le choc a été particulièrement violent avec la chute historique des ventes. En France, c’est même du jamais vu avec un recul de plus de 25 % par rapport à 2019, soit plus de 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires qui manque à l'ensemble du secteur”, explique le journaliste France Télévisions David Boéri sur le plateau de France 3, vendredi 19 février.