Des autoanticorps responsables du Covid long ?

·2 min de lecture

Les causes du Covid long ne sont pas encore élucidées. Plusieurs hypothèses sont sur le banc d'essai, dont une qui suggère que ce sont des anticorps dirigés contre ACE2 qui pourraient provoquer les symptômes persistants après une infection au coronavirus.

Le Covid long rassemble des symptômes de nature et sévérité variables dont l'origine est encore mal comprise. Plusieurs associations ont été observées, notamment entre la gravité de l'infection initiale et la présence de dommage tissulaire. De plus, toutes les personnes ayant eu la Covid-19 peuvent souffrir de sa forme persistante : jeunes ou âgées, atteintes de comorbidités ou en pleine forme. 

Les scientifiques de l'université de médecine de l'Arkansas explorent une piste, à étoffer, pour expliquer l'apparition du Covid long. Ils se penchent sur le rôle de certains anticorps qui apparaissent après l'infection et attaquent nos propres cellules. La publication est à découvrir dans Plos One.

Les vaccins réduisent les risques de Covid long

Des anticorps qui reconnaissent des anticorps

Le plasma et le sérum de 67 patients, un échantillon modeste, ont été analysés pour leur teneur en anticorps. Les patients étaient soit à l'hôpital avec une infection au coronavirus confirmée, soit convalescents avec ou sans infection confirmée, ou non infectés. Les patients hospitalisés et convalescents possèdent un anticorps absent chez les autres, dirigés contre le récepteur ACE2. Cet anticorps est appelé un autoanticorps, car il est spécifique d'un constituant du corps humain (soi) et non pas d'un élément extérieur (non-soi). En plus d'être un autoanticorps, il semble être aussi un anticorps anti-idiotype. Pour faire simple, c'est un anticorps spécifique d'un autre anticorps spécifique de pathogène. Il reconnaît des idiotopes, l'ensemble des idiotopes constitue l'idiotype, qui sont des motifs présents dans la région variable des anticorps. Ici, l'anticorps découvert reconnaît la région variable d'un autre anticorps, lui-même spécifique du RBD de la protéine S du SARS-CoV-2.

Certains anticorps anti-idiotypes sont aussi capables de reconnaître le partenaire de la cible du deuxième anticorps, on parle alors d'homobodies. Ici, le RBD interagit avec ACE2, donc l'anticorps découvert serait...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles