Auteure de «Comment tuer son mari», elle aurait «accidentellement» avoué le meurtre de son époux

Dave Killen/AP/SIPA

Trois ans après son arrestation, une femme, auteure indépendante, est jugée pour l’assassinat de son mari aux Etats-Unis. Un procureur a révélé qu’elle aurait avoué le crime accidentellement à une codétenue.

Le procès d’une femme accusée d’avoir tué son mari se poursuit aux Etats-Unis . Nancy Crampton-Brophy aurait assassiné son époux et aurait ensuite empoché 1,5 million de dollars d’assurance vie. D’après un nouveau témoin, une codétenue, qui jusque-là n’aurait pas révélé cette information, la femme de 71 ans lui aurait avoué son crime, accidentellement. C’est le procureur adjoint du comté de Multnomah, Shawn Overstreet, qui a fait cette révélation, rapporte «Oregon Live ». L’accusée aurait décrit la façon dont elle a tué son mari en raison de problèmes financiers dans le couple. Cet aveux impromptu pourrait changer l’issue du procès. Nancy Crampton-Brophy nie en effet toujours officiellement les faits. Shawn Overstreet a raconté la façon dont la conversation entre les deux prisonnières se serait déroulée. «Madame Brophy a écarté les bras et a dit : j’étais aussi loin que ça quand j’ai tiré». Elle se serait ensuite immédiatement reprise. La codétenue a expliqué aux enquêteurs que sa camarade semblait embarrassée après avoir fait ce commentaire et qu’à partir de-là, leur relation serait «devenue très gênante». Le procureur n’a pas précisé sur ce nouveau témoignage allait être utilisé. La témoin devrait en effet témoigner devant la cour pour qu’il soit pris en compte.

Retour sur les faits

Cette écrivaine peu connue, spécialiste des romans à l'eau de rose et dont les dettes s’accumulaient au sein du couple, a été arrêtée en septembre 2018. «Elle a préparé et organisé ce qu’elle pensait être le crime parfait. Un meurtre dont elle pensait qu’il allait lui permettre de sortir de son désespoir financier et débuter une vie d’aventures et sûre», a déclaré le procureur du comté de Multnomah, cité en 2020 par le «Daily Beast ».(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles