Auteur culte, médiéviste, "control freak"... Quelle est la recette magique d'Alexandre Astier ?

Pierre Godon
L'acteur, réalisateur, metteur en scène, scénariste, auteur de feuilletons radiophoniques, conférencier, musicien, spécialiste de Bach, de l'époque arthurienne, des exoplanètes sort, mercredi 5 décembre, "Le Secret de la potion magique", un nouvel Astérix au cinéma.

Ne lui dites surtout pas qu'il est un formidable touche-à-tout. Car en pensant lui faire un compliment pour sa carrière passée du théâtre classique, à la série télé, au cinéma en passant par des one-man-show sur l'astrophysique, vous vexeriez Alexandre Astier. "Je déteste ce terme, ça voudrait dire que je fais tout moyen", s'est agacé le comédien-scénariste-dialoguiste-metteur en scène-musicien-conférencier dans une interview lors du festival de La Rochelle en 2013. A l'occasion de la sortie du nouveau long-métrage Astérix et le secret de la potion magique, mercredi 5 décembre, on a tenté de percer le secret d'un artiste qui rebondit toujours là où on ne l'attend pas.


Un musicologue qui joue du Shakespeare

"Je suis misanthrope et je hais le genre humain. Quant à toi, je voudrais que tu fusses chien pour pouvoir t'aimer un peu." Voilà le genre de répliques qu'on trouve dans Timon d'Athènes, une des premières pièces où Alexandre Astier occupe un rôle important en 2001. "Pas la plus connue des pièces de Shakespeare... Pas la meilleure non plus", s'amuse Nicolas Gabion. Celui qui incarnera par la suite le veule Bohort dans Kaamelott se creuse les méninges : "On ne jouait pas en jupette ou en toge, on avait des costumes contemporains. Alexandre incarnait un courtisan qui veut taper du pognon au vieux Timon."

Après des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi