Australie: le prix du homard en chute libre sur fond de guerre commerciale avec la Chine

·2 min de lecture

Cette année pour les fêtes, il n’y a jamais eu autant de homard servi à table en Australie. Habituellement, plus de 90% de la production locale est exportée, presque en totalité vers la Chine. Sauf que la Chine a décidé il y a quelques semaines d’interdire l’importation de homard australien. Résultat : les stocks s’accumulent, et les prix s’effondrent, pour le plus grand plaisir des consommateurs australiens.

De notre correspondant à Sydney, Grégory Plesse

Au marché aux poissons, il n’y a pas que les mouettes qui sont à l’affût. Les clients aussi font la chasse aux bonnes affaires, puisqu’ici, la guerre commerciale que livre la Chine à l’Australie a du bon.

Du homard frais vendu entre l’équivalent de 40 à 60 euros le kilogramme, c’est du jamais-vu. Alors en connaisseurs, Barbara et son mari se sont jetés sur l’occasion. Ils viennent d’acheter deux énormes spécimens, pêchés à l’autre bout du pays, en Australie occidentale.

« C’est une super affaire ! »

« Je dirais qu’ils sont 40% moins chers, c’est une super affaire ! On aime se faire plaisir, on achète régulièrement des fruits de mer. Mais c’est clair que cette année on achète plus de homard que de crevettes ou d’huîtres ! », explique Barbara.

Parmi les clients, il y en a aussi beaucoup qui n’avaient jamais acheté de homard, voire même qui n’en avaient jamais mangé. C’est par exemple le cas de John. Pour le réveillon, il va préparer un festin pour sa famille. « Je suis super excité. C’est la première fois que je vais en cuisiner, j’espère que je ne vais pas faire de bêtises ! », dit-il.

Les pêcheurs, eux, font grise mine. Leurs exportations de homard en Chine leur rapportent habituellement 500 millions d’euros par an. Au prix où il est actuellement vendu sur les marchés en Australie, ils ne font quasiment aucun bénéfice.

► À lire aussi : Le vin, nouveau sujet de tension entre la Chine et l'Australie