Australie : la mission secrète qui a permis de sauver des arbres préhistoriques

Dans une gorge perdue des Blue Mountains, relief situé au nord-ouest de Sydney, subsistent une poignée d'arbres vieux de plus de 200 millions d'années. Pour les sauver, une opération a été menée dans le plus grand secret.

Une mission secrète a permis de sauver de l'un des incendies qui ravagent l'Australie le dernier site naturel au monde de pins de Wollemi, un arbre préhistorique découvert en 1994, ont révélé mercredi des responsables. Moins de 200 de ces arbres protégés existent encore à l'état naturel, cachés dans une gorge dans les Blue Moutains, une zone située au nord-ouest de Sydney et classée au patrimoine mondial de l'humanité. La région a été touchée par l'un depuis plusieurs mois.

"Arbres dinosaures"

"Une mission de protection environnementale sans précédent" a alors été menée pour sauver ces arbres, a déclaré dans un communiqué Matt Kean, ministre de l'Environnement de Nouvelle-Galles-du-Sud, un État du sud-est de l'Australie. Les précieux pins, une espèce vieille de plus de 200 millions d'années, étaient considérés comme une espèce disparue jusqu'à ce que le site soit découvert en 1994 en Nouvelle-Galles-du-Sud dans le parc naturel de Wollemi, d'où leur appellation. La localisation des pins, parfois surnommés "arbres dinosaures", a été un secret bien gardé pour les protéger de toute contamination qui pourrait être apportée par des visiteurs.

À la fin de l'année 2019, alors que les flammes approchaient la zone protégée, les pompiers australiens ont mis en oeuvre des avions bombardiers d'eau pour larguer du produit retardant en un anneau protecteur autour des pins. Et des pompiers spécialisés ont été hélitreuillés dans la gorge où se cachent les arbres et y ont installé un système d'irrigation pour leur fournir de l'humidité, ont expliqué des responsables.

Une confidentialité nécessaire

Depuis leur découverte en 1994, des pins de Wollemi ont été répartis dans des jardins botaniques à travers le monde pour préserver l'espèce. Mais la gorge qui vient d'être sauvée du feu est le seul site où ces arbres se trouvent encore à l'état naturel. Ce site est soigneusement protégé. "Des visites illégales restent une menace pour la survie des pins de Wollemi à l'état sauvage en raison [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi