Australie : des milliers de curieux assistent à l'éclosion d'une "fleur de cadavre", à l'odeur nauséabonde

Un garçon se tient le nez à proximité de la
Un garçon se tient le nez à proximité de la

L'odeur de cette plante originaire d'Indonésie est le plus souvent comparée à celle d'un "rat mort" mais aussi à celles de pieds ou de fromage "qui puent", rapporte le journal britannique The Guardian.

Son odeur est réputée particulièrement incommodante et paradoxalement, c'est précisément ce qui attire les curieux. Au jardin botanique d'Adélaïde, au sud de l'Australie, plusieurs milliers de personnes se sont déjà pressées pour assister à la floraison de la "fleur de cadavre" qui a commencé le 8 janvier pour environ deux jours.

Le spécimen dégage, comme prévu, une odeur extrêmement nauséabonde, que les spécialistes comparent avec celle d'un "rat mort" et que d'autres visiteurs estiment proches de pieds ou de fromage "qui puent", rapporte le Guardian.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une floraison rare

Le cycle de floraison de cette plante originaire de l'île Sumatra, en Indonésie, prend plusieurs années. Cette nouvelle éclosion est donc un événement, d'autant plus que les plantes "amorphophallus titanum", aussi connues sous les noms vernaculaires "anum titan" et "phallus de titan", sont réputées pour devenir particulièrement massives lors de leur floraison.

Au début, "un minuscule tubercule se forme, puis ce tubercule a la capacité de se développer jusqu'à peser 150kg", détaille Matt Coulter. "Notre plus grosse plante jusqu'à présent pesait 75 kg et mesurait 2,60 mètres de haut".

Le professionnel indiquait ce lundi matin que l'odeur était censée se dissiper d'ici la fin de la journée avant que toute la structure de la plante ne flétrisse complètement d'ici à la fin de la semaine.

Le spécimen sera alors en sommeil pour plusieurs années avant de fleurir à nouveau. Cet événement ramène de plus en plus de spectateurs à chaque réitération, explique l'horticulteur.

Les "fleurs de cadavres" sont menacées par la déforestation des forêts tropicales en Indonésie, notamment en raison du développement de l'exploitation de l'huile de palme. La plante est ainsi considérée comme "en danger" depuis 2018 et il reste moins de 1000 spécimens sauvages à ce jour selon le Guardian.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Un kangourou poursuivi par un chien fonce sur une voiture