En Australie, Mayar Sherif marque l’histoire du tennis égyptien

·2 min de lecture

L'Open d'Australie de tennis à Melbourne et l'énorme performance de l'Égyptienne Mayar Sherif. Elle s'est qualifiée pour le deuxième tour en dominant en deux sets 7-5 7-5 la Française Chloé Paquet. C'est tout simplement la première fois qu'une Égyptienne passe un tour dans un tournoi du Grand Chelem.

Une joie simple, des baisers à la foule. Mayar Sherif a pu laisser éclater sa joie, sur le court numéro 6 d’un Melbourne Park baigné par le soleil.

Début janvier, pourtant, elle a dû passer par Dubaï où se jouaient les qualifications de cet Open d'Australie. Son classement de 131e joueuse mondiale ne lui permettant pas encore d'entrer directement dans le grand tableau.

La suite ? Trois matches de qualifications gagnés, puis une quarantaine à Melbourne et un tirage un tirage au sort plutôt clément : pas de Serena Williams ou autre Naomi Osaka, au premier tour. Elle a hérité de Chloé Paquet, la Française, qualifiée comme elle. Une occasion en or que Mayar Sherif a su saisir.

Elle s’était déjà signalée à Roland-Garros

« Cela signifie énormément pour moi, cette victoire, cette première en Grand Chelem, s’est-elle émue, en conférence de presse. C’est une barrière mentale de franchie. Je suis vraiment contente et je vais tout faire pour continuer. J’ai beaucoup aimé jouer mon premier tournoi du Grand Chelem à Paris. Mais j’adore être ici, à Melbourne ».

Mayar Sherif, née au Caire, a étudié 5 ans aux États-Unis avant de passer professionnelle en 2019. À Roland-Garros, en septembre dernier, l'Égyptienne était passée tout près de l'exploit au 1er tour face à Karolina Pliskova la Tchèque, alors numéro 3 mondiale.

La voilà cette fois au 2e tour à Melbourne où elle aura une belle carte à jouer face à la Slovène Kaja Juvan 104e mondiale...