Australie: la Grande Barrière de corail confrontée à un épisode de blanchissement

C’est désormais confirmé… La Grande Barrière de corail, au large de la côte est australienne, est confrontée à un nouvel épisode de blanchissement, lui même déclenché par le réchauffement de l’océan Pacifique. Seule une réduction massive des émissions de gaz à effet de serre peut sauver le plus grand récif corallien du monde, d’après le directeur de l’autorité responsable du site.

Avec notre correspondant à Sydney, Grégory Plesse

L’alerte avait été donnée la semaine dernière par les scientifiques, elle est désormais confirmée par les autorités en charge de la protection de la Grande Barrière de Corail.

Les observations aériennes effectuées ces dernières semaines sont désormais achevées et soulignent la gravité de la situation actuelle. Dave Wachenfeld, scientifique en chef de l’autorité responsable de la protection du site, l’a rappelé vendredi 6 mai : « Ces observations confirment un épisode de blanchissement massif du corail, déplore le directeur. Le quatrième depuis 2016 et malgré l’influence de la Nina tout au long de l’été... »

► À lire : En Australie, la Grande Barrière de corail n'en finit plus de blanchir

C’est en effet le plus étonnant, et le plus inquiétant. Le corail blanchit à nouveau, et ce malgré des conditions météo plus humides et plus fraîches ces derniers mois en Australie. Dave Wachenfeld y voit là le signe irréfutable que le réchauffement climatique est à l’oeuvre, et qu’il faut tout faire pour l’enrayer.

« Les impacts du changement climatique et d’une météo extrême nous rappellent l’importance d’une réduction globale des émissions de gaz à effet de serre mais aussi d’actions fortes en termes de gestion marine pour soutenir la résilience de ce magnifique écosystème », plaide-t-il.

S’il n’est pas le seul responsable de la détérioration de la Grande Barrière, le gouvernement australien, par son soutien indéfectible au secteur des énergies fossiles, n’a rien fait pour réduire son empreinte carbone. Une position qui pourrait conduire le plus grand récif corallien du monde sur la liste des sites en péril, lors de la prochaine réunion du comité du patrimoine mondial.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles