En Australie, la fumée des incendies est particulièrement néfaste pour les joueurs de tennis

Marine Le Breton / avec AFP

SANTÉ - Les fumées des incendies ont entraîné un premier abandon lors des qualifications de l’Open d’Australie. Le tournoi de tennis devant débuter lundi 20 janvier était déjà perturbé par la fumée des feux ravageant le pays depuis plusieurs semaines, mais l’abandon de la joueuse slovène Dalila Jakupović lundi 13 janvier vient réellement questionner son maintien.

Prise de violentes quintes de toux, la 180e mondiale, âgée de 28 ans, a stoppé son duel face à la Suissesse Stephanie Vögele, alors qu’elle avait remporté le premier set et était menée d’un jeu dans le deuxième.

“J’ai vraiment eu peur de m’effondrer. C’est pour ça que je me suis agenouillée sur le court, je ne pouvais plus marcher”, a expliqué la Slovène, raccompagnée vers la sortie par une membre de l’organisation et son adversaire.

“Ce n’est pas sain pour nous. Je pensais que nous n’allions pas jouer aujourd’hui mais nous n’avions pas beaucoup le choix”, a-t-elle ajouté alors que la gestion des organisateurs fait polémique. 

Toute fumée est nocive

Dans la même veine, la Canadienne Eugenie Bouchard a eu recours au médecin sur le court en raison de douleurs à la poitrine, vraisemblablement dues à des difficultés respiratoires. Mais elle a pu terminer son match et se qualifier pour le deuxième tour des qualifications.

La fumée dégagée par les incendies monstres, couplée aux très fortes températures de l’été australien pourrait en effet avoir un impact sur la santé des joueurs et des spectateurs. 

Pour le professeur Brian Oliver, interviewé par la BBC, la fumée de tels incendies est moins nocive que celle des pollutions industrielles mais elle reste néfaste. “Toute fumée qui résulte de quelque chose qui brûle est novice et mauvaise”, affirme-t-il. Même si la fumée provient de sources naturelles comme des arbres, ce spécialiste explique que les gaz comprennent malgré tout du monoxyde de carbone, du dioxyde de carbone et de l’oxyde d’azote.

De manière générale, la pollution “augmente les risques de symptômes...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post