Australie : des dizaines d'animaux sauvés de la sécheresse par... des wombats

Rodolphe Desseauve
·3 min de lecture
Un héros très mignon

Alors qu’une sécheresse terrible sévit actuellement en Nouvelle-Galles du Sud, plusieurs espèces vivant près d’une ferme du nord de l’État ont dû leur salut à l’intervention providentielle d’un groupe de wombats.

En transformant leur environnement, les wombats ont sauvé la vie d’autres espèces animales. Dans l’État de la Nouvelle-Galles du Sud, certaines zones sont soumises depuis plusieurs années à une sécheresse tenace, qui menace la survie de la faune locale.

Seulement quelques gouttes de pluie en trois ans

Ainsi, dans la vallée Hunter (située au nord de Sydney, la capitale de l’État), la ferme de l’éleveur bovin Ted Finnie recouvre des territoires qui n’ont connu que de rares gouttes de pluie au cours des trois dernières années. Sur ce site particulièrement aride, le fermier a cependant été témoin d’un étonnant cas de solidarité animale, a priori involontaire.

ABC News rapporte ainsi que sur cette propriété, se trouve une nappe d’eau souterraine à laquelle certains marsupiaux tels que des kangourous, des wallabies et des wombats avaient l’habitude de venir s’abreuver, en y accédant depuis la surface par une sorte de trou.

VIDÉO - Australie : des koalas toujours soignés après les gigantesques incendies

Les wombats agrandissent le puits

Or, la sécheresse a eu pour effet de modifier dans un premier temps la configuration du lieu, forçant certains animaux à réagir en conséquence. “Comme le cratère s'est asséché, les wombats se sont enfouis pour se rapprocher de l'eau et ont donc creusé un peu sous terre”, explique Ted Finnie, cité par ABC News.

Ce faisant, les wombats ont à leur tour transformé le site, augmentant la surface de contact avec la source souterraine et agrandissant donc mécaniquement le puits. Avec des effets inattendus : ABC News rapporte qu’une caméra installée récemment par une association de protection de l’environnement a filmé à proximité de ce point d’eau des espèces animales qui n’avaient pas l’habitude de le fréquenter.

VIDÉO - À quoi la poche ventrale des marsupiaux sert-elle ?

Des “ingénieurs écologiques”

Parmi ces espèces, “des oiseaux, des goannas (reptiles proche du varan, ndlr), des opossums, des échidnés et même des émeus” ont pu être observés, selon le média local. “C'est presque comme si les wombats étaient des sourciers, ils trouvent l'eau et creusent des trous pour y accéder, puis les autres animaux en profitent”, souligne la biologiste Julie Old, de la Western Sydney University.

“Nous appelons souvent les wombats des ingénieurs écologiques parce qu'ils creusent des terriers et qu'ils créent des habitats pour d'autres animaux, poursuit le Docteur Old. Dans ce cas, le puits souterrain chez Ted a été amélioré par cet ingénieur écologique qu’est le wombat.”

Des précédents exemples d’entraide entre des wombats et d’autres espèces

Ce n’est en effet pas la première fois que ces qualités d’ingénierie rendent service à d’autres espèces en situation d’urgence. Pendant les violents incendies de forêt qui avaient frappé l’Australie il y a quelques mois, on avait pu observer que des wombats avaient “hébergé” d’autres animaux dans les abris qu’ils s’étaient construits en urgence.

De là à penser que ces sympathiques marsupiaux ont embrassé la vocation de protecteurs de la faune des antipodes ? “Je ne dirais pas que les wombats sont ‘heureux’ de partager leur abri avec d'autres animaux, mais ils les ‘toléreront’ tant que ces derniers ne les dérangent pas trop”, tempérait à l’époque le docteur en écologie Michael Swinbourne, cité par Newsweek. Les vrais héros ne portent pas de cape, mais plutôt une fourrure, visiblement.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :