Australie : pour les étudiants étrangers, le travail à temps partiel n’est pas (forcément) un cadeau

·2 min de lecture
Australie : pour les étudiants étrangers, le travail à temps partiel n’est pas (forcément) un cadeau
Photo Pixabay/cc

Le travail salarié peut nuire aux études : c’est en substance la mise en garde récemment adressée aux étudiants étrangers par Phil Honeywood, le directeur de l’International Education Association of Australia (IEAA). Il réagissait à la décision du gouvernement australien qui a déplafonné le nombre d’heures de travail pouvant être effectuées hors de leur campus par les étudiants internationaux.

Depuis la réouverture des frontières australiennes aux étudiants étrangers, en décembre 2021, le gouvernement s’est non seulement engagé à leur rembourser les frais de visa, mais il a aussi provisoirement supprimé le quota d’heures de travail salarié que ces étudiants sont autorisés à effectuer pendant l’année universitaire. Jusqu’en janvier dernier, les titulaires d’un visa étudiant n’étaient autorisés à travailler que 40 heures par quinzaine au maximum.

Du pain bénit pour les entreprises australiennes

En réalité, il ne s’agit pas d’un “geste de soutien” aux étudiants étrangers, mais plutôt d’une mesure qui vise à fournir aux entreprises du pays la main-d’œuvre supplémentaire dont elles ont besoin, estime Phil Honeywood. Selon lui, cette mesure pourrait même faire l’effet d’une “bombe à retardement” pour l’enseignement supérieur en Australie en raison des pressions qui vont s’exercer sur certains de ces étudiants pour qu’ils travaillent davantage parallèlement à leur formation universitaire.

Dans le passé, fait-il valoir, les droits au travail salarié non plafonnés ont conduit par exemple à l’inscription d’étudiants qui “subissaient des pressions de la part de parents restés au pays pour rapatrier des revenus en dollars australiens et ils ont vu leurs progrès scolaires en souffrir”.

Depuis le début de l’année 2022, l’Australie a accueilli près de 30 000 nouveaux étudiants étrangers. Ceux qui ont déjà un diplôme australien peuvent bénéficier d’un visa temporaire leur permettant de vivre et de travailler à plein temps en Australie. Les titulaires d’un baccalauréat australien (équivalent de la licence) se voient accorder un visa de travail de deux ans, tandis que ceux qui ont une maîtrise ou un doctorat sont éligibles à un visa de trois ou quatre ans.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles