Aurore Bergé justifie le recours au 49.3, "finalement quelque chose d'assez équilibré"

La députée Renaissance Aurore Bergé le 27 octobre 2022 sur BFMTV - BFMTV
La députée Renaissance Aurore Bergé le 27 octobre 2022 sur BFMTV - BFMTV

La députée Renaissance a mis en avant le fait que les oppositions refusaient catégoriquement de voter le budget, et rappelé que le gouvernement pouvait être démis si une motion de censure était votée.

La France Insoumise a annoncé ce jeudi qu'elle déposera une motion de censure après le troisième 49.3 déclenché mercredi par le gouvernement, cette fois sur le budget de la Sécurité Sociale. La députée Aurore Bergé, présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée nationale, a justifié sur BFMTV l'emploi de ce texte par le gouvernement.

Selon elle, les oppositions avaient refusé le budget avant qu'il "soit examiné, avant même qu'on ait travaillé à l'Assemblée nationale, en commissions, dans l'hémicycle, avant même qu'il soit amendé, modifié...", en ce sens, "il n'y a pas d'autre solution" que le 49.3.

Et cet article est "finalement quelque chose d'assez équilibré: le gouvernement engage sa responsabilité, donc prend le risque de pouvoir chuter, de pouvoir tomber" face à une motion de censure, déclare Aurore Bergé.

"On est prêt à aller aux élections"

Dans le même temps, la députée souligne le fait que la Première ministre a déclaré mercredi qu'elle "allait retenir la quasi-totalité des modifications qui ont été apportées en séances publiques, oppositions comprises (...) Ce n'est pas parce que vous dites qu'on arrête la discussion et qu'on a besoin à un moment que le budget soit voté, que pour autant vous dites: on repart sur la copie initiale du gouvernement."

La députée rappelle au passage que la dernière motion de censure a été rejetée, et a fait s'associer la gauche avec le Rassemblement National. Mais si une motion finissait par être adoptée, "le gouvernement dans ces cas-là tombe, c'est mécanique, mais nous on est prêt à aller aux élections", déclare-t-elle.

"Nous on est prêt en tant que parlementaires pour une raison simple: on ne veut pas le chaos dans le pays, on ne veut pas le désordre dans le pays et on a besoin à un moment de stabilité, d'autorité, de responsabilité et de cohérence."

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Aurore Bergé: "Si une motion de censure est adoptée, on est prêts à aller aux élections"