"Il nous aurait prévenus": la famille de Marwane mobilisée pour retrouver le jeune homme disparu

La famille de Marwane est sans nouvelle du jeune homme de 25 ans depuis un ultime SMS le 21 septembre. Après qu'elle a signalé sa disparition à la gendarmerie le 1er octobre dernier, le parquet d'Evry a ouvert une information judiciaire contre X pour enlèvement et séquestration. BFMTV a pu rencontrer sa tante et l'une de ses sœurs.

Il s'appelle Marwane Souidi, il a 25 ans, et n'a pas donné signe de vie depuis le 21 septembre dernier. Un silence radio hautement inhabituel pour un jeune homme très proche des siens et qui a motivé l'ouverture, en fin de semaine dernière, d'une information judiciaire contre X pour des faits de séquestration et d'enlèvement. L'inquiétude est d'autant plus grande que Marwane, sans emploi, réside au domicile familial de Lagny-le-sec, dans l'Oise.

C'est d'ailleurs dans ce département, au Plessis-Belleville, que BFMTV a pu rencontrer Sérine et Zakia, respectivement sœur et tante de Marwane, qui ont fait le récit de la disparition de ce dernier et expliqué leurs recherches pour le retrouver.

Un message envoyé depuis le portable d'un ami

"Je ne lâcherai pas avant qu'on retrouve mon frère", prévient Sérine en préambule. L'histoire commence à la mi-septembre, lorsque Marwane quitte Lagny-le-sec pour Arpajon, dans l'Essonne. Il doit y passer quelques jours chez l'un de ses amis. C'est d'ailleurs avec le téléphone de celui-ci qu'il adresse un dernier SMS à son père, pour avertir sa famille qu'il prolonge un peu son séjour et devra faire un crochet par Paris.

"Le 21 septembre, il a contacté via le téléphone de son ami ses parents en disant: 'Mon téléphone ne fonctionne plus, je rentre d'ici deux-trois jours. Je vais passer le réparer, et puis je rentrerai. Bisous, à plus'", retrace ainsi Zakia.

Et puis plus rien. Son entourage s'étonne d'abord qu'il ne se manifeste pas à l'anniversaire d'un cousin. Surtout, il est toujours absent au moment de son propre anniversaire, le 29 septembre. Et d'après Sérine, son frère n'était pas du genre à rester au loin lors de ces événements. "Il est très famille. ça veut dire qu'il nous aurait prévenus. Tu prends le téléphone de quelqu'un, tu demandes à un inconnu. Là, rien du tout", pointe la jeune fille.

Celle-ci a de surcroît publié un avis de disparition, reproduisant le signalement de Marwane, sur les réseaux sociaux.

Marwane n'avait pas sa carte bancaire

La famille signale la volatilisation de Marwane à la gendarmerie le 1er octobre. Elle a mené ses propres investigations auparavant. En plus de se renseigner auprès des établissements de santé, psychiatriques et carcéraux pour s'assurer que le jeune homme ne s'y trouvait pas, les proches de Marwane se sont naturellement tournés vers l'ami qui l'hébergeait. Celui-ci a affirmé que Marwane s'en était bien tenu à son programme.

"Il a dit: 'Ben, il est rentré, moi j'étais au boulot. Apparemment, d'après la coloc' de cet ami, Marwane aurait quitté son domicile vers 15h le 26 septembre, le lundi, pour aller en direction de Barbès (un quartier situé dans le nord de Paris, NDLR) faire réparer son téléphone", reprend Zakia.

Ce trajet interroge d'ailleurs la tante, comme elle l'explique encore aux caméras de BFMTV: "Le souci, c'est que Marwane n'avait pas forcément de moyen de paiement sur lui parce que sa carte bancaire était chez ses parents". "Déjà, il y a une zone d'ombre", achève ainsi Zakia.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Meurtre de Lola: la vie de Dahbia B. en prison