Y aura-t-il des Vélib pour les vacances ? (Réponse : pas trop)

Libération.fr
Des Vélib tout neufs, le 12 janvier dans les locaux de Smovengo, à Alfortville près de Paris.

Les stations du service parisien ne sont pas encore toutes prêtes, celles qui le sont connaissent des bugs et il y a encore peu de vélos. L'opérateur Smovengo promet que 800 stations seront opérationnelles fin août. En guise de compensation, les abonnés sont remboursés.

L’été est arrivé, avec lui les vacances, et avec elles les touristes. On aurait aimé pouvoir écrire que le temps est à pédaler au bord de la Seine. Mais Vélib, le service parisien de vélos en libre-service, passé depuis le 1er janvier de JCDecaux au nouvel opérateur Smovengo, ne fonctionne toujours pas.

A lire aussi«Quelqu’un a-t-il réussi à prendre un Vélib aujourd’hui ?»

Sur les 1 400 promises, 800 stations sont aujourd’hui en service, a annoncé Smovengo ce mercredi. Mais cela ne veut pas dire qu’elles fonctionnent : elles connaissent d’importants bugs, notamment pour la prise et la dépose des vélos. Et les vélos, parlons-en : seuls 4 000 sont disponibles actuellement, et une fois que l’utilisateur a réussi à en trouver un, le problème est de trouver une station opérationnelle pour le garer. Par ailleurs, aucun vélo à assistance électrique ne roule. Bref, sept mois après, le nouveau Vélib est toujours un fiasco.

Nomination d’un «spécialiste des crises»

A tel point que le consortium chargé du déploiement du nouveau matériel, qui regroupe quatre entreprises (Smoove, Indigo, Mobivia et Moventia) a nommé fin juin un nouveau président exécutif, Arnaud Marion, «spécialiste des crises, des restructurations et de la logique du changement», annonce son CV. L’homme est notamment passé par Doux, alors en redressement.

Ce mercredi, il a présenté son plan de crise. Fini, les efforts pour ouvrir de nouvelles stations. On se concentre sur celles qui sont déjà terminées. Le nouvel objectif propose qu’au 31 août, les 800 stations existantes fonctionneront toutes, promis. Et il y aura 10 000 vélos sur le goudron parisien. Dont 3 000 électriques. «Nous prenons très au sérieux la nécessité d’offrir aux utilisateurs un (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Harcèlement à l'université Lyon-II : pas de sursis pour le professeur incriminé
Conférence des territoires: les divergences État-collectivités peinent à se faire oublier
PMA : un avis du Conseil d'Etat et de l'espoir
La République en marche peaufine une stratégie agile pour les municipales
La dame de la cantine