Aurélien Pradié officiellement candidat à la présidence des Républicains

Aurelien Pradié, ici le 2 février 2022, est officiellement candidat pour la présidence des Républicains.
GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP Aurelien Pradié, ici le 2 février 2022, est officiellement candidat pour la présidence des Républicains.

GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Aurelien Pradié, ici le 2 février 2022, est officiellement candidat pour la présidence des Républicains.

POLITIQUE - Aucune surprise, mais une officialisation. Ce lundi 12 septembre, le député du Lot Aurélien Pradié a confirmé sa candidature pour la présidence de son parti Les Républicains pour « incarner un changement » devenu nécessaire selon ses déclarations dans Le Figaro.

« Je veux porter une nouvelle espérance : rebâtir la droite populaire que nous avons perdue. Je souhaite que la droite parle de tout, de chaque préoccupation des Français, et qu’elle parle à tout le monde, du plus humble au plus favorisé », déclare celui qui occupe à ce stade le poste de secrétaire général du parti.

Après la défaite cinglante de Valérie Pécresse à la présidentielle, et des législatives en demi-teintes, Aurélien Pradié assume une rupture totale avec la ligne actuelle du parti : « Nous sommes aujourd’hui en danger de mort. Nous devons donc tout changer : le nom, le siège, notre organisation, notre message. Il faut assumer la rupture, y compris avec Nicolas Sarkozy », plaide-t-il. En cas de victoire, il proposera un Congrès fondateur le 5 décembre, date hommage à la création du RPR de Jacques Chirac.

Pradié veut remettre l’écologie au centre de LR

Défenseur d’une droite qui se veut plus sociale, Aurélien Pradié souhaite que son parti s’empare du sujet écologique, « sur lequel nous sommes inexistants ». « Si je préside notre famille politique, j’en ferai un sujet central et transversal », promet-il, avec des débats sur « la question de l’eau » et « la société d’hyper consommation ». « Je refuserai toujours la décroissance, je prône l’innovation économique », prend-il soin de préciser.

Sur les thèmes régaliens, si chers à la droite, Aurélien Pradié défend l’attribution de visas temporaires, pérennisés sous conditions après un délai de trois ans et révocable immédiatement en cas de délit ou de crime. Une ligne bien moins dure que celle d’Éric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, lui aussi candidat à la présidence.

À 36 ans, Aurélien Pradié est le benjamin de la compétition interne des Républicains. Outre Éric Ciotti, il affrontera au premier tour de cette élection prévue le 3 décembre le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau, issu de l’aile conservatrice. « Avec Éric et Bruno, nous nous respectons », mais « leurs candidatures se ressemblent », ajoute le député de 36 ans en assurant que la sienne « est différente ».

Serge Grouard, maire d’Orléans et partisan d’un accord de gouvernement avec Emmanuel Macron, est également candidat mais fait figure d’outsider. Quant à Virginie Calmels, sa candidature a été rejetée par la Haute Autorité du parti.

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi