Aurélien Pradié : « Créons un crime international de passeur »

Aurélien Pradié, ici en septembre 2022.  - Credit:Frederic SPEICH / MAXPPP / PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP
Aurélien Pradié, ici en septembre 2022. - Credit:Frederic SPEICH / MAXPPP / PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

Benjamin de la bataille pour la présidence des Républicains, dont le premier tour se tiendra les 3 et 4 décembre, le député du Lot et secrétaire général du parti Aurélien Pradié revient sur l'accueil controversé sur les côtes françaises du navire humanitaire Ocean Viking. Et livre une proposition contre les passeurs de clandestins : créer une nouvelle incrimination qui dépendrait directement de la Cour pénale internationale, au même titre que les crimes contre l'humanité. Au volet diplomatique, il éreinte par ailleurs la politique étrangère « égocentrique » d'Emmanuel Macron et l'accuse d'avoir contribué à ce que la parole de la France soit « négligée, à peine écoutée ». Paris, plaide ce disciple de Jacques Chirac, « doit porter un idéal, comme à l'époque du non à la guerre en Irak ».

Le Point : La France pouvait-elle faire autre chose qu'accueillir l'Ocean Viking et ses 234 migrants, au risque de nourrir une exaspération dans l'opinion ?

Aurélien Pradié : Les Français saturent parce que nous avons totalement perdu le contrôle de notre politique migratoire. Nous la gérons au milieu de la Méditerranée, dans des conditions dégradantes, et n'avons pas su développer les outils pour reprendre la main. Je propose une chose simple : qu'on s'attaque enfin aux filières de passeurs ! Elles sont souvent connues des autorités, car leurs têtes pensantes ont pignon sur rue dans les pays d'origine. La France doit être à l'initiative de cette bataille, qui est une bataille [...] Lire la suite