Aurélie Jean – Sciences et Covid-19 : « Lost in translation »

Par Aurélie Jean
·1 min de lecture
Vue d'un laboratoire.
Vue d'un laboratoire.

C'est aux propos troublants du président de la République sur les « 66 millions de procureurs » de notre pays, que l'acteur français Niels Arestrup a répondu lors d'une récente interview sur France 2. Avec un certain calme et une analyse pertinente, il a souligné, au contraire, l'absence de considération envers ces 66 millions de victimes à qui on ne parle pas, ou plutôt à qui on parlerait mal. En cause selon lui, les politiques et les scientifiques. À la crise sanitaire et économique s'ajoute aujourd'hui une crise de communication, que seule la vulgarisation scientifique accompagnée d'une certaine générosité pourra résoudre. Et ainsi éviter de perdre encore davantage les Français déjà fortement désemparés.

Cette crise est complexe et anxiogène. En cela, une traduction intelligible de la situation est délicate, pour ne pas dire douloureuse dans son émission, mais aussi dans sa captation. Les scientifiques et les dirigeants politiques ont peu de temps pour parler et sont sous pression, et les Français sont impatients, contrariés et stressés. Et pourtant c'est possible, comme l'a déjà démontré Olivier Véran et dont les explications claires, précises et illustrées avaient fait à l'époque l'unanimité, ou encore bon nombre de médecins sur les réseaux sociaux depuis le début de la pandémie. Au risque de contrarier la communauté scientifique et les dirigeants politiques, on communique mal, pas assez ou beaucoup trop, avec une grammaire souvent mal maîtrisée chez l [...] Lire la suite