Aurélie Jean – Quand Amazon utilise des algorithmes pour licencier

·1 min de lecture
Une livraison Amazon Prime, à Paris.
Une livraison Amazon Prime, à Paris.

Ces dernières années ont été rythmées par de nombreux incidents algorithmiques. Après l?algorithme d?estimation de ligne de crédit d?Apple en 2018 ? développé par la banque Goldman Sachs ? qui discriminait les femmes, et celui de reconnaissance faciale en 2016 qui ne reconnaissait pas les peaux noires, voici en 2021 un nouvel algorithme qui fait parler de lui : inventé par Amazon, il lui permet de licencier.

Vous avez bien lu. Amazon a développé un algorithme capable d?identifier les chauffeurs-livreurs en sous-performance dont l?entreprise au large sourire orange doit se séparer. Cet algorithme va même jusqu?à annoncer par un simple e-mail la triste nouvelle aux collaborateurs concernés. Force est de reconnaître les limites et les menaces d?une telle approche qui fait abstraction des humains au profit d?une logique analytico-numérique implacable. Le pire est qu?alors qu?on pourrait croire que les dirigeants d?Amazon apprennent à l?instar de leurs outils, il n?en est rien : la réalité est tout autre.

En 2018, les candidatures féminines écartées

Car, peut-être, vous souvenez-vous de l?algorithme de recrutement développé et utilisé par Amazon pour sélectionner les meilleurs CV pour des postes d?ingénieurs en informatique. Nous sommes en octobre 2018 ; l?entreprise américaine découvre que son algorithme, basé sur ses embauches passées, majoritairement des hommes, écarte systématiquement les candidatures féminines. Un biais qui sera fatal pour la réputation d?Ama [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles