Aurélie Jean – Les algorithmes contre le terrorisme

Par Aurélie Jean
·1 min de lecture
Dans le cadre du projet de loi de lutte contre le terrorisme, la DGSI pourrait avoir recours aux algorithmes pour repérer des profils terroristes sur les réseaux sociaux.
Dans le cadre du projet de loi de lutte contre le terrorisme, la DGSI pourrait avoir recours aux algorithmes pour repérer des profils terroristes sur les réseaux sociaux.

Dans le cadre du projet de loi de lutte contre le terrorisme, le ministre de l'Intérieur a annoncé, dimanche 25 avril, le recours aux algorithmes pour « repérer » les terroristes sur les réseaux sociaux. Adapter les mécanismes de surveillance en se concentrant sur Twitter, Facebook, Snapchat, et autres médias alternatifs, est pertinent puisque ces individus les privilégient pour communiquer à la place des traditionnels appels et messages téléphoniques. Les algorithmes, quant à eux, permettent d'affiner les analyses automatiquement et rapidement, ce qui en théorie améliorerait le contrôle. Mais il ne faudrait pas écarter trop vite les risques liés à l'usage de ces technologies qui, lorsqu'elles sont mal utilisées, deviennent des outils à stigmatiser les hommes.

Aujourd'hui, les algorithmes sont bien plus efficaces que nous, humains, pour « sentir » un phénomène, en captant très vite des signaux faibles et en les différenciant d'un simple bruit. Par exemple, ils peuvent être utilisés en finance pour anticiper des mini-krachs boursiers en analysant l'évolution des marchés en temps réel. Ils peuvent également devancer une crise d'épilepsie chez un patient connecté en observation à l'hôpital. Les algorithmes d'analyse sémantique, d'imagerie ou de catégorisation permettent de scruter les réseaux sociaux, d'éplucher automatiquement le contenu des posts (incluant textes et photos), les commentaires ou encore la morphologie des réseaux d'utilisateurs en identifiant [...] Lire la suite