Augmentation mammaire : une intervention féminine très sollicitée ?

la rédaction de Futura
·2 min de lecture

Selon de récentes études menées en France, 40 % des habitants de l’Hexagone ont déjà envisagé une chirurgie esthétique pour corriger des imperfections corporelles. Pour la plupart, les sondages menés ont révélé que le type d’intervention sollicité était assez variable, en fonction du genre entre autres. Si chez les hommes, les actes permettant de remédier à la calvitie, les interventions d’épaississement de la verge et les opérations visant à supprimer les rides arrivent au premier plan, l’augmentation mammaire, le lifting des seins et la liposuccion sont plus prisés chez les femmes. Rapide tour d’horizon !

L’augmentation mammaire

C’est l’une des interventions de chirurgie esthétique les plus demandées par les femmes. L’augmentation mammaire (pouvant être réalisé par des centres de chirurgie esthétique) est une technique qui consiste à accroître le volume des seins, en vue de rendre la poitrine plus belle et plus imposante. Sa réussite implique le respect d’un processus bien défini, dont les différents actes doivent être posés en milieu spécialisé, par un chirurgien esthétique. Ce dernier s’intéressera tout d’abord aux antécédents médicaux de la patiente, pour s’assurer que l’augmentation mammaire sera sans risque pour elle.

Par la suite, il faudra s’entendre avec le médecin à propos du type d’implant souhaité (forme, volume et densité, etc.), et de l’anesthésie qui sera la plus adaptée à l’intervention, pour éviter toute sensation douloureuse pendant l’opération. Une date est ensuite fixée en fonction des disponibilités de l’opérateur et de la patiente.

L'augmentation du sein proprement dite est obtenue par l'insertion dans la poitrine d'implants spéciaux, conçus sous forme de capsules scellées en élastomère. Une coupe est réalisée dans la poitrine après anesthésie, et les implants y sont posés. Si les modèles choisis pour l’augmentation mammaire sont en silicone, ils sont directement prêts à l'emploi. Par contre, si la patiente a opté pour des implants salins, il...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura