Covid-19 : l'augmentation des lits de réanimation ne doit pas se faire "au détriment de la qualité des soins", alertent des soignants

franceinfo
·1 min de lecture

Lors de son allocution mercredi 31 mars, Emmanuel Macron a annoncé vouloir passer "dans les prochains jours" de 7 000 à 10 000 lits de réanimation afin de faire face à l’afflux de malades graves du Covid-19, mais "il ne faut pas que ça soit au détriment de la qualité des soins", a réagi sur franceinfo Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine). "On ne peut pas rajouter des lits comme ça à un nombre de personnels fixes", a-t-il expliqué.

>> Fermeture des écoles, vacances unifiées, restrictions étendues... Les nouvelles mesures d'Emmanuel Macron face au Covid-19

"Depuis maintenant un an, il y a en général un quota de patients, notamment en réanimation pour les infirmières et pour les médecins. Il va falloir trouver du sang frais, estime l'infectiologue. Ça ne peut, bien évidemment, pas être des étudiants qui n'ont pas terminé leur cursus et des médecins retraités. On sait qu'on va arriver sur quelque chose de complexe, donc je pense qu'il va falloir d'autres renforts."

"Il va falloir peut-être une meilleure collaboration entre les différents hôpitaux, le privé et le public."

Benjamin Davido, infectiologue

à franceinfo

Cependant, cette allocution montre selon Benjamin Davido que les membres du gouvernement "ont pris conscience du niveau de saturation, notamment en réanimation." Maintenant, "il va vraiment falloir qu'on soit dans une politique de l’action parce qu'il ne faut pas uniquement compter sur les lits de réanimation. Il faut (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi