Audrey Pulvar, le malaise au sein du Parti Socialiste