Audrey Pulvar : « La loi climat est une vaste blague »

Propos recueillis par Olivier Pérou
·1 min de lecture
Audrey Pulvar, candidate aux régionales en Île-de-France, sous la bannière de la gauche.
Audrey Pulvar, candidate aux régionales en Île-de-France, sous la bannière de la gauche.

La dernière fois que Le Point a reçu Audrey Pulvar, c'était en 2018, en pleine crise des Gilets jaunes. À l'époque déjà, elle ne regrettait pas d'avoir tiré un trait sur sa carrière de journaliste pour s'engager à la tête de la Fondation pour la nature et l'homme, l'ex-ONG de Nicolas Hulot qui troquait, lui, le militantisme pour les ors de la République. Elle disait se sentir plus utile là que dans une rédaction. Et la politique ? « Non, pas pour l'instant », jurait-elle alors. Deux ans plus tard, elle s'engage avec Anne Hidalgo dans la bataille de Paris. Six mois après, c'est sur son nom que la gauche fera campagne aux régionales en Île-de-France. Tout compte fait, la politique?

Le Point : En juin 2017, vous quittiez le journalisme. Vous voilà désormais pleinement politicienne, à l'affiche d'une campagne régionale et, donc, redevable à un appareil, des militants, un électorat. Vous sentez-vous moins libre ?

Audrey Pulvar : (Sourires). Je suis toujours aussi libre. Quand j'étais journaliste, j'avais aussi des comptes à rendre à ma rédaction et aux personnes qui me regardaient, m'écoutaient et me lisaient. Je leur devais la plus grande honnêteté. Aujourd'hui, je suis évidemment redevable envers les Parisiennes et les Parisiens. Je travaille pour eux.

Journaliste, vous auriez pu saluer une mesure prise par Valérie Pécresse, en disant qu'elle allait dans le bon sens, etc. Vous ne le pouvez plus désormais?

S'il arrive à Valérie Pécresse de prendre une bonne décisi [...] Lire la suite