Audrey Pulvar en colère après la polémique des réunions "non-mixtes" : "Vous mentez et vous le savez"

·1 min de lecture

Une polémique qui enfle depuis plusieurs jours. Invitée sur BFM TV le 27 mars dernier, Audrey Pulvar a provoqué malgré elle le débat en se prononçant sur la question des réunions non-mixtes organisées par l'Unef. Si la candidate aux élections régionales d'Île-de-France s'est refusée à de tels dispositifs, elle a également déclaré que l'on pouvait demander "à une femme blanche" ou "à un homme blanc" de "se taire" et de rester un "spectateur silencieux". Dans un tweet posté dans la foulée, elle avait également précisé que "les réunions 'non-mixtes' ne portent pas que sur des questions de couleur de peau." Et que "oui, dans une réunion non-mixte LGBTQI +, en tant qu’hétéro" elle se "tairait et écouterait". Autant de propos qui ont déclenché une polémique que l'ancienne journaliste a tenté d'éteindre dans une tribune postée dans Le Monde. Elle y dénonce une fausse controverse créée par "les voix opportunistes et destructrices de la droite et de l’extrême droite".

Audrey Pulvar se désespère de voir ses propos faire la une des actualités, alors que la troisième vague de la crise sanitaire s'abat lourdement sur la France. "Un sujet, un seul, occuperait les esprits depuis 72 heures, si l’on en croit réseaux sociaux, chaînes d’info et comptes propagateurs de haine : les propos que j’aurais tenus, intimant 'aux Blancs' le silence, quand il s’agit de parler de racisme. Bigre ! Celles et ceux qui ont pris la peine de m’écouter savent, à condition d’honnêteté, qu’il n’en est rien", écrit l'adjointe (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Sharon Stone violée par son grand-père maternel : les terrifiantes confessions de la star
VIDÉO - Le Dr Jean-Paul Hamon enfonce Francis Lalanne : "On est pas obligé de jouer au con"
Les proches de Brigitte Macron inquiets après des menaces de mort sur sa famille
Meghan Markle prête à accoucher à la maison pour son 2e enfant ?
Patrick Sébastien de retour : son pied de nez après son éviction