Audrey Pulvar accusée de racisme par Marine Le Pen après ses propos sur BFMTV, ce qu'a vraiment dit l'ex-journaliste

·1 min de lecture

La polémique agite les réseaux sociaux depuis des heures. Ce samedi 28 décembre, Audrey Pulvar était l'invitée d'Apolline de Malherbe sur BFM TV et certains de ses propos sur les réunions en non-mixité, en référence aux réunions controversées organisées par l'Unef, ont déclenché un tollé de réactions. La candidate aux régionales en Île-de-France a en effet prononcé une phrase choc, qui a mis le feu aux poudres. Concernant les groupes de travail non-mixtes, où seules les personnes de couleur sont invitées, l'ancienne journaliste a déclaré : "Si vient à cet atelier une femme blanche ou un homme blanc, etc, j'aurai tendance à dire qu'il n'est pas question de le jeter dehors. En revanche, on peut lui demander de se taire."

Les propos d'Audrey Pulvar ont été abondamment repris et commentés sur les réseaux sociaux, à commencer par la classe politique. "Le parquet doit engager des poursuites pour provocation à la discrimination raciale contre Mme Pulvar, a réagi immédiatement Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (RN), sur Twitter. Il faut mettre fin à cette escalade raciste de la part d’une partie de l’extrême gauche qui s’affranchit de toutes les règles légales, morales et républicaines." Côté France insoumise (FI), la députée Laetitia Avia a dénoncé un "naufrage", tandis que Geoffroy Didier, vice-président (LR) de la région Île-de-France, a appelé la journaliste à "s'excuser auprès de la République" pour sa phrase "choc et honteuse".

Mais qu'a exactement dit Audrey Pulvar (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Agression en pleine interview d'une équipe de reportage de France 3 en Ardèche
Karine Lacombe mère de trois enfants : sa fille Ysatis fait de rares confidences sur leur vie de famille
Vers un confinement strict ? Ce qu'Emmanuel Macron pourrait annoncer aux Français mercredi prochain
"On va devoir aller au confinement car la situation est dramatique" : le cri d'alarme du Dr Jérôme Marty (VIDEO)
Vaccin AstraZeneca : l'Agence du médicament confirme l'existence d'un risque "rare" de thrombose