Publicité

Audrey Fleurot fâchée des clichés sexistes sur les femmes seules : "Passé 30 ans, si vous êtes célibataire, soit vous avez un problème, soit vous êtes la dernière des traînées"

PARIS, FRANCE - MAY 09: Audrey Fleurot attends the
Audrey Fleurot fâchée des clichés sexistes sur les femmes seules : "Passé 30 ans, si vous êtes célibataire, soit vous avez un problème, soit vous êtes la dernière des traînées". (Photo by Marc Piasecki/WireImage)

Star de "HPI", série TF1 dont le premier épisode de la saison 3 est diffusé ce jeudi 11 mai, Audrey Fleurot a souvent joué des rôles de célibataire. Des personnages forts, sûrs d'eux et séducteurs pour la plupart qui ont permis à l'actrice de tordre le cou aux clichés qui collent encore trop souvent à la peau des femmes seules.

Maman solo et surdouée dans HPI, Audrey Fleurot a eu d'autres occasions d'incarner des femmes fortes et libres à l'écran. Dans "Les Gazelles", film sorti en 2014, elle joue ainsi le rôle de Sandra, une trentenaire célibataire et délurée qui épaule son amie Marie, en pleine crise de couple."Mon personnage est assez représentatif de pas mal de mes copines, c'est une fille qui est divorcée qui élève seule son fils, qui se murge la gueule cinq soirs par semaine, qui se couche à 4 heures, se lève à 7 heures pour amener son fils à l'école et va travailler. C'est vraiment une wonder woman des temps modernes" a-t-elle décrit dans l'émission "On va tous y passer" sur France Inter, alors qu'elle venait y faire la promotion de cette comédie romantique.

"Le couple n'est pas le seul horizon du bonheur"

Dans "Les Gazelles", Audrey Fleurot, alias Sandra, aide son amie à séduire de nouveaux hommes après quatorze ans passés en couple. L'actrice a tiré un constat qui se veut réaliste : on ne séduit plus aujourd'hui comme on séduisait hier, le statut des femmes a changé. "Les choses se sont un peu "radicalisés", la chasse est ouverte à égalité entre les hommes et les femmes", a-t-elle ainsi expliqué. Les femmes seules sont plus libres et plus confiantes, mais elles sont aussi victimes de stéréotypes peu flatteurs.

Vidéo. France Ortelli ("Nos coeurs sauvages") : "Non, le célibat n'est pas une anomalie"

Ainsi, Audrey Fleurot s'est désolée de l'existence de certains préjugés. Elle a ainsi tenu à redorer le blason des femmes célibataires, qu'on a tendance à plaindre : "C'est un courage de se séparer d'une relation quand les choses ne vont plus (...) mais il faut aussi du courage pour se remettre en couple quand on a passé des années de célibat et que tout va bien. Parce que le couple n'est pas le seul horizon du bonheur. C'en est un, et tant mieux pour ceux qui y arrivent, mais c'est aussi un moment super agréable d'être célibataire, de vivre ça et je dirais même que c'est dommage de ne pas passer par cette étape-là."

"Le célibat reste suspicieux pour les femmes"

Ces clichés sont sexistes car ils s'appliquent uniquement aux femmes, a remarqué l'actrice, en faisant un parallèle avec les hommes du même âge. Audrey Fleurot estime que le cinéma a participé à construire l'image du Don Juan glamour et de l'éternelle célibataire éplorée avec son chat. "Les personnages masculins de séducteurs, de célibataires, c'est totalement intégré et on trouve ça charmant, c'est même assez valorisant pour les hommes. Pour les femmes, ça reste suspicieux. C'est-à-dire que passé 30 ans, si vous êtes célibataire, soit vous avez un problème, soit vous êtes la dernière des traînées. Ce n'est pas du tout valorisé, alors que ça peut être un moment chouette."

Côté vie privée, l'actrice ne rêve pas non plus du conte de fées. En couple depuis plusieurs années avec le réalisateur Djibril Glissant, avec qui elle a eu un garçon, Lou, né en 2015, elle a indiqué dans les colonnes du magazine Gala, en 2019, ne pas vouloir se marier : "Le mariage, ce n'est pas pour moi. Je n'ai pas vu d'exemples concluants autour de moi. Je n'ai pas le fantasme de la princesse d'un jour, de la fête, de la belle robe..."

Vidéo. Audrey Fleurot : qui est son compagnon ?

À lire aussi :

>> Rencontres et stéréotypes : "Une femme enthousiaste après un rencard passe pour une femme désespérée"

>> Single Day : pourquoi culpabilise-t-on les femmes célibataires ?

>> "Man ban", elles ont décidé d'arrêter les hommes : "J’ai "élevé" mes standards, je n’ai pas envie d’être la deuxième mère d’un gamin"