Audition du médecin légiste au procès Chauvin: la défense de l'ex-policier marque des points

·2 min de lecture

Après deux semaines d’audiences à Minneapolis, l’un des témoins les plus attendus du procès pour meurtre de l’ex-policier Derek Chauvin s'est exprimé vendredi 9 avril : le docteur Andrew Baker, qui a réalisé l’autopsie de George Floyd. Et lors de cette audition, la défense de l'ex-policier a peut-être marqué des points, car le médecin légiste considère la drogue comme l'un des facteurs aggravants ayant causé la mort de l'afro-américain.

Avec notre correspondant à San Francisco, Éric de Salve

C’est lui, le docteur Andrew Baker, qui a réalisé la première autopsie de George Floyd. Un « homicide », conclut-il dans l’acte décès. Cause de la mort : « arrêt cardio-pulmonaire par compression du cou lors d’une immobilisation par la police ». Mais le médecin legiste retient aussi des facteurs secondaires pour expliquer la mort de l’homme afro-américain, le 25 mai 2020 à Minneapolis (Minnesota). Il pointe son insuffisance cardiaque et sa consommation de stupéfiants.

Du pain béni pour l’avocat de Derek Chauvin, qui tente de prouver depuis le début du procès que George Floyd serait mort d’une overdose, et que George Floyd ne serait pas mort durant son interpellation s'il n'avait pas consommé de stupéfiants. « À votre avis, est-ce que la drogue et l’insuffisance cardiaque ont joué un rôle dans la mort de George Floyd ? », demande Me Eric Nelson. « À mon avis, oui », répond le docteur Baker.

► À écouter aussi : Procès Derek Chauvin aux États-Unis: le témoignage accablant d'un pneumologue

Une réponse bien embarrassante pour l’accusation, qui contre-interroge immédiatement le docteur Baker. « Quelle est la cause de la mort de George Floyd, selon vous aujourd’hui ? » questionne l'avocat de l'accusation. « Mon analyse est la même, la mort est due à un arrêt cardio-respiratoire causé par une immobilisation de la police par pression sur le cou », répond le médecin légiste. « Donc, ces autres facteurs, vous ne les considérez pas comme des causes directes ? », reprend l'accusation. « Ce ne sont pas des causes directes, ce sont des facteurs ayant contribué à la mort de M. Floyd, c’est vrai », répond encore Andrew Baker.

Mais c’est bien la défense de Derek Chauvin qui a marqué des points ce vendredi, en faisant répéter et confirmer par ce témoin-clé que le supplice imposé à George Floyd par l’ex-policier pourrait ne pas être la cause unique de sa mort.