"Aucune pandémie ne ressemble à une autre": Roselyne Bachelot prend la défense d'Olivier Véran

Hugues Garnier
·2 min de lecture
La ministre de la Culture Roselyne Bachelot sur le plateau de
La ministre de la Culture Roselyne Bachelot sur le plateau de

La rue Valois au secours de celle de Ségur. Invitée ce dimanche midi de BFM Politique, Roselyne Bachelot défend bec et ongles Olivier Véran, notamment critiqué pour la lente mise en place de la campagne de vaccination en France.

"Olivier Véran est à la hauteur et cette campagne de vaccination, nous allons la réussir", affirme la ministre de la Culture qui estime qu'"une campagne de vaccination cela se juge au terme de la campagne de vaccination".

Les critiques contre le rythme de la vaccination sont donc injustifiées aux yeux de Roselyne Bachelot, qui a officié en tant que ministre de la Santé entre 2007 et 2010, période au cours de laquelle elle a dû gérer la grippe A H1N1. Sujette alors à de nombreuses attaques pour le principe de précaution suivi par les autorités sanitaires, elle a vu son blason redoré avec la pandémie de Covid-19.

"Pas de leçon à tirer" de l'épisode de grippe A H1N1

"Sur mon expérience de la grippe A H1N1, Dieu sait si on a dit des choses sur la façon dont je l'avais gérée et puis finalement au bout de quelques années en regardant les choses on dit que 'Bachelot avait bien fait'", déclare la ministre qui juge qu'"aucune pandémie ne ressemble à une autre".

Affirmant se sentir "extrêmement utile rue Valois" où se trouve le ministère de la Culture, Roselyn Bachelot ne cache pas que l'actuel ministre de la Santé, le Premier ministre et même le chef de l'Etat, sollicitent occasionnellement "(son) souvenir et (son) expérience" à son ancien ministère.

Un soutien relatif, selon elle, qui confie que la principale leçon qu'elle tirait de la crise de la grippe H1N1: "C'est qu'il n'y avait pas de leçons à tirer."

Article original publié sur BFMTV.com