Au Yémen, les Houthis accusent des travailleurs humanitaires d'appartenir à un réseau d'espionnage

Une semaine après avoir arrêté une dizaine d'employés d'organisations internationales, les rebelles houthis ont annoncé, lundi, avoir démantelé "un réseau d'espionnage américano-israélien". Depuis novembre, ces insurgés pro-iraniens mènent des attaques au large du Yémen en affirmant agir en solidarité avec les Palestiniens de la bande de Gaza.

Les rebelles du Yémen ont affirmé, lundi 10 juin, avoir démantelé un "réseau d'espionnage", après avoir arrêté la semaine dernière plus d'une dizaine d'employés d'organisations internationales.

"Un réseau d'espionnage américano-israélien a été arrêté", ont déclaré les Houthis dans un communiqué publié par leur organe de sécurité, précisant que ses membres travaillaient sous "la couverture d'organisations internationales et d'agences de l'ONU".

L'ONU avait affirmé, vendredi, que 11 de ses employés locaux avaient été arrêtés dans des régions du Yémen contrôlées par ces insurgés pro-iraniens.

Six d'entre eux travaillent pour le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme et les cinq autres pour cinq agences différentes : l'Unesco, l'Unicef, le Programme alimentaire mondial, le Programme des Nations unies pour le développement et le Bureau de l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen.

L'organisation yéménite de défense des droits humains Mayyun avait fait état, pour sa part, de l'arrestation "simultanée" de 18 employés d'organisations humanitaires.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Les Houthis : des acteurs régionaux désormais incontournables ?
La guerre sous-marine : les Houthis ont-ils pu saboter des câbles internet au large du Yémen ?
Yémen : l'armée américaine affirme avoir intercepté des armes d'Iran destinées aux Houthis