Au Xinjiang, en Chine, les prénoms Saddam ou Mohamed ne sont plus en odeur de sainteté.

Libération.fr

Les autorités de cette province semi-désertique de l’ouest du pays, majoritairement musulmane, ont diffusé une liste de 29 «prénoms de minorité ethnique interdits». Les bébés baptisés «Jihad», «Coran», mais aussi «Saddam», «Mohamed» ou «Medina» ne se verront pas délivrer de hukou, ce certificat d’enregistrement qui permet d’accéder à l’éducation ou aux services de santé chinois. Depuis le début de l’année, une avalanche d’interdictions et d’humiliations frappe les 10 millions d’habitants ouïghours de la province.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

C’est une initiative inédite en Inde : le gouvernement local du Cachemire a ordonné mercredi le blocage des réseaux sociaux pour un mois,
«Jamais la liberté de la presse n’a été aussi menacée [dans le monde].»
Les forces irakiennes reprennent à l’EI le site antique de Hatra
Après cent jours, les pro-Trump tentent de garder la foi
Le pire de Donald Trump dans le texte

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages