Au Venezuela, les manifestations et les affrontements avec la police se poursuivent

Jade Toussay

INTERNATIONAL - La colère gronde toujours au Venezuela. Le pays a connu jeudi 20 avril une nouvelle journée de protestations contre le président Nicolas Maduro marquées par des affrontements, et l'opposition annonce d'autres manifestations dans les prochains jours.

Plusieurs milliers de personnes ont de nouveau manifesté jeudi dans la capitale Caracas pour réclamer le départ du président socialiste Nicolas Maduro, très impopulaire dans ce pays pétrolier plongé dans une grave crise politique et économique.

En trois semaines, les violences lors des mobilisations de l'opposition ont fait huit morts. Des incidents ont également eu lieu dans d'autres villes, Maracaibo, Valencia et San Cristobal, respectivement dans le nord-ouest, le nord et l'ouest du Venezuela.

A Caracas, un camion de la garde nationale, un corps militarisé, a lancé une salve de grenades lacrymogènes contre les manifestants sur les voies d'accès à l'autoroute Francisco Fajardo. "Je m'en fiche d'avaler du gaz, je m'en fiche de mourir, mais nous devons sortir de cette merde de gouvernement assassin et répressif", a déclaré à l'AFP une manifestante, Natasha Borges, 17 ans.

Le gros de la manifestation s'est replié vers l'est de Caracas, mais un groupe de jeunes aux visages masqués par des foulards ont continué à défier les forces de l'ordre, leur lançant des pierres et des cocktails Molotov, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Tandis qu'un hélicoptère de la police survolait la zone, certains manifestants brûlaient des conteneurs à ordures et traitaient de "lâches" les policiers et les militaires équipés de gilets pare-balles, de casques et de boucliers.

Lors d'une scène insolite, au milieu des affrontements, un manifestant nu, portant seulement des chaussures de sport et des chaussettes, s'est dirigé calmement vers les forces de l'ordre à travers un nuage de gaz lacrymogène. Il est monté sur un véhicule blindé militaire en criant: "Ne lancez plus de bombes, s'il vous plaît". Nicolas Maduro a...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages