Au Venezuela, Juan Guaido fait appel au FMI pour lutter contre le coronavirus

Au Venezuela, le gouvernement et l’opposition font appel à la communauté internationale pour lutter contre le coronavirus. Juan Guaido déclare qu’il est nécessaire de faire appel au FMI. Pourtant, il avait appelé ce mercredi 18 mars l’institution à refuser le prêt de 5 milliards de dollars demandé par Nicolas Maduro, sous prétexte que cela « financerait la corruption ». Preuve que sans un accord politique, aucune aide ne sera possible.

De notre correspondant à Caracas

Le Venezuela n’est pas prêt pour faire face au coronavirus. Les économistes et les professionnels de la santé n’ont de cesse de le répéter: après sept ans de crise économique, le système sanitaire est à plat. Selon le politologue Luis Vicente Leon, le Venezuela est condamné s’il ne reçoit pas d’aide internationale.

« Dans la communauté des nations, le Venezuela est l’équivalent d’une personne à risque face au coronavirus, c’est un malade avec de l’immunodéficience. Donc le Venezuela a besoin d’aide face à cette crise. Parce que ses réserves financières sont nulles », explique le politologue.

Trouver un terrain d'entente 

D’un côté, l’opposition appelle à faire entrer de l’aide humanitaire, de l’autre,le gouvernement veut une levée des sanctions américaines. Mais à l’image des 5 milliards de dollars de prêt refusés par le FMI, aucune aide ne sera accordée s’ils ne trouvent pas un terrain d’entente. 

« Indépendamment du fait que le Venezuela ne remplit pas les critères nécessaires à l’obtention d’un financement, si la demande venait d’un accord politique national entre l’opposition et le gouvernement, je vois mal comment le problème des critères ne pourrait pas se résoudre », explique Luis Vicente Leon.

Pour le politologue, la lutte contre le coronavirus est un occasion inespérée pour trouver un tel accord. Pour une fois, malgré leurs différends, l’opposition et le gouvernement ont un ennemi commun. Il manque désormais qu’ils en prennent conscience.