Au terme de sa restauration, le Retable de Rimini, chef d’œuvre sculpté dans l’albâtre, livre une partie de ses secrets

À leur grande surprise, les chercheurs qui ont analysé le Retable de Rimini, exposé à la Liebieghaus de Francfort-sur-le-Main, ont mis en évidence que le mystérieux Maître de Rimini utilisait de l’albâtre provenant d’Allemagne.

"Mission Rimini" ! Le titre de l’exposition organisée par le musée de la Liebieghaus à Francfort-sur-le-Main (Allemagne) pour présenter au public les résultats de la restauration du célèbre Retable de Rimini laisse entrevoir à quel point ce projet a coûté d’efforts. Car la mission qui visait "simplement" à redonner tout leur éclat à l’ensemble de statuettes ternies par le temps s’est vite transformée en enquête de longue haleine sur les traces du matériau de choix qui les compose : l’albâtre. Venus à la rescousse des conservateurs allemands, les chercheurs du d’Orléans ont réussi à identifier l’origine exacte de la pierre dans laquelle les figurines ont été sculptées, ce qui a ensuite permis de mettre au point une technique de restauration parfaitement adaptée. L’origine allemande de cet albâtre relance les hypothèses quant à l’identité du sculpteur que les historiens de l’art dénomment "Maître du retable de Rimini", preuve s’il en est de la valeur de ce chef d’œuvre de l’art gothique.

Le Retable de Rimini, chef d’œuvre de l’art gothique sculpté dans l’albâtre

Destinés à décorer l’autel d’une église, les retables illustrent des scènes de la Bible ou de la vie des saints. Celui de Rimini se compose de dix-huit objets finement sculptés, qui étaient autrefois partiellement colorés : douze statuettes représentant les apôtres et une crucifixion composée de six blocs. C’est en 1913 que le musée de la Liebieghaus de Francfort-sur-le-Main a acheté à un marchand d’art italien cet ensemble provenant de l’église Santa Maria delle Grazie de Rimini-Covignano. Les historiens estiment qu’il aurait été créé vers 1430 de par sa facture qui reprend le "beau style" qui s’est répandu en Europe entre 1380 et 1430 environ. Mais ils remarquent également un intérêt pour des détails plus réalistes le rapprochant de certains peintres hollandais du milieu du 15e siècle (Jan van Eyck ou Rogier van der Weyden). Il pourrait donc provenir de la région correspondant à l'époque au sud des Pays-Bas[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles