Accord à l'ONU sur le premier traité pour protéger la biodiversité en haute mer

© Daniel Versteeg / vía WWF

Les négociateurs de plus de 100 pays membres des Nations unies ont conclu samedi un traité visant à protéger la biodiversité en haute mer, une décision qui, selon les organisations de protection de l'environnement, permettra de protéger la biodiversité marine et d'assurer un développement durable.

Avec AFP

Les États membres de l'ONU se sont enfin mis d'accord, samedi 4 mars, sur le premier traité international de protection de la haute mer, destiné à contrecarrer les menaces qui pèsent sur des écosystèmes vitaux pour l'humanité. "Le navire a atteint le rivage", a déclaré la présidente de la conférence Rena Lee.

Après plus de 15 ans de discussions, dont quatre années de négociations formelles, la troisième "dernière" session à New York a finalement été la bonne, ou presque.

Les délégués ont finalisé le texte, légalement contraignant, au contenu désormais gelé sur le fond, mais il sera formellement adopté à une date ultérieure après avoir été passé au crible par les services juridiques et traduit pour être disponible dans les six langues officielles de l'ONU.

>> À lire : Biodiversité : les "zones mortes" se multiplient dans les océans

Malgré tout, "c'est une étape majeure", a commenté avant l'accord Veronica Frank, de Greenpeace, soulignant qu'il faudrait toutefois prendre garde à ce que ce processus ne soit pas "une porte dérobée pour rouvrir des questions".

(...)

Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi :
Climat : la montée du niveau des océans sous-évaluée par les experts
Biodiversité : les "zones mortes" se multiplient dans les océans
En Gironde, la démolition du bâtiment "Signal" symbolise l'érosion côtière

VIDÉO - "Situation intenable", "mesurettes insuffisantes" : le cri d'alarme de la LPO pour sauver les dauphins des filets de pêche