Au Tchad, les victimes du régime d'Hissène Habré attendent toujours d'être indemnisées

Cela fait six ans ce lundi 30 mai que l’ex-président tchadien a été condamné à la prison à perpétuité pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et tortures par une Chambre africaine extraordinaire. Au Tchad, un procès distinct s'est tenu devant une cour criminelle spéciale mise en place pour juger les complices du régime Habré, mais à ce jour les victimes n'ont toujours rien reçu.

À l'issue de ces deux procès, un fonds fiduciaire de l'Union africaine devait servir à lever l'argent nécessaire à l'indemnisation des victimes. Mais à ce jour rien n'a été fait, regrette Jacqueline Moudeina, avocate des victimes :

« L'Union africaine a promis l'impunité zéro. C'est non seulement le jugement des auteurs de comportement infractionnel mais il faut qu'il y ait un jugement complet. Et comme l'instance a ordonné des réparations des victimes, il faut aussi procéder à cette réparation, sinon cette justice demeure incomplète. Ça, c'est ce qui concerne l'Union africaine.

Au niveau du Tchad, c'est le Tchad qui a très vite mis sur pied cette Cour criminelle spéciale pour juger les complices de Hissène Habré. Donc le Tchad devrait prendre à bras le corps cette affaire et indemniser les victimes qui attendent. Ce n'est du tout normal. Rien n'a été fait au niveau du Tchad. Aujourd'hui, c'est un silence radio, de cimetière. Et c'est insupportable pour les victimes. »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles