Au Soudan du Sud, quelque 380 000 personnes affectées par de graves inondations

·2 min de lecture

De fortes inondations ont frappé les États de Jonglei et Unity au Soudan du Sud, poussant des dizaines de milliers d'habitants à fuir, a indiqué l'ONU mardi. La situation est d'autant plus inquiétante que nombre de zones inondées sont devenues inaccessibles par la route.

Environ 380 000 personnes ont été affectées par de fortes inondations au Soudan du Sud, où des crues de rivières ont forcé des milliers de familles à quitter leur foyer, a indiqué mardi 31 août l'agence des Nations unies pour les affaires humanitaires (Ocha).

Près des trois quarts des personnes touchées se trouvent dans deux États – Unity et Jonglei – a indiqué l'Ocha dans une note d'information, prévenant que "d'autres fortes pluies et inondations (sont) attendues dans les mois à venir".

"L'accessibilité est un défi majeur, la majorité des zones touchées par les inondations étant inaccessibles par la route", ce qui complique l'acheminement de l'aide humanitaire aux populations, a indiqué l'agence.

Selon un déplacé, Michael Gai, qui a fui avec sa famille vers Bor, la capitale de l'État de Jonglei, de nombreux habitants sont piégés et ne peuvent pas rejoindre des zones plus sûres. "Les inondations viennent de toutes les directions – est, sud, nord et ouest", a-t-il déclaré à l'AFP. "Beaucoup de gens ont quitté les zones inondées, mais il y en a, plus vulnérables, qui sont restés, ils ne peuvent pas se déplacer", a-t-il dit, ajoutant que les personnes âgées étaient particulièrement exposées.

Pluies saisonnières précoces

La montée des eaux déclenchée par des pluies saisonnières précoces a provoqué des crues et inondé de vastes terres agricoles, emportant le bétail et détruisant des habitations traditionnelles fragiles, un an après des inondations record qui avaient impacté quelque 700 000 personnes.

Environ 100 000 personnes déplacées l'an dernier n'ont toujours pas pu rentrer chez elles, d'autant qu'avec les pluies incessantes, certaines terres sont restées submergées pendant plus d'un an, selon l'Ocha.

Outre les aléas climatiques, le Soudan du Sud, indépendant depuis 2011, subit encore les conséquences de la guerre civile de cinq ans qui a fait près de 400 000 morts entre 2013 et 2018.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles