Au Soudan, le puissant chef militaire «Hemetti» dévoile ses ambitions politiques

Dans une interview hier soir à la BBC, Mohamed Hamdan Daglo, surnommé « Hemetti », a déclaré qu’il ne voulait pas se présenter aux élections de 2023. Mais il pourrait revoir sa position si la situation du pays continuait à s’aggraver.

« Le putsch d’octobre a échoué. Nous avons échoué à amener le changement. La situation n’a fait qu’empirer », a déclaré « Hemetti » depuis El Geneina, au Darfour. Des propos qui tranchent par leur franchise, mais qui sont loin d’être innocents, car depuis longtemps le chef des forces de soutien rapide (RSF) façonne son image de leader et de faiseur de paix. « Hemetti » est le numéro deux du Conseil de souveraineté, l’organe qui dirige le pays et composé uniquement de militaires, notamment depuis le coup d’État d’octobre dernier. Il dirige aussi les RSF depuis 2013. Les paramilitaires sont accusés de crimes sanglants au Darfour durant la guerre civile, et de multiples exactions au fil des années dans le pays.

« Je n’ai pas pour ambition de me présenter aux élections. Mais si on voit que le Soudan se dirige vers le gouffre, on sera là, on fait partie du peuple soudanais », a-t-il ainsi confié, dévoilant pour la première fois des ambitions politiques.

Or depuis des mois, « Hemetti » soigne ses relations publiques et sa stature. Il est officiellement parti s’installer au Darfour pour sceller des accords de réconciliation entre tribus arabes et non arabes. Il s’est engagé à payer de sa poche des compensations pour les familles de victimes. Il a aussi promis la création d’un fonds spécial pour garantir le retour des déplacés.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles