Publicité

Au Soudan, les combattants acceptent un cessez-le-feu d’une semaine à partir du 22 mai

Un cessez-le-feu d’une semaine a été conclu samedi soir entre les belligérants au Soudan, encadré par les États-Unis et l'Arabie saoudite. Depuis le début du conflit, le 15 avril dernier, plusieurs accords similaires ont finalement volé en éclat.

Des nuages de fumée noire s’élèvent toujours entre les habitations de Khartoum, au Soudan, régulièrement touchées par des bombardements. Dans ce chaos, un cessez-le-feu d’une semaine a été accepté samedi soir, et devrait commencer lundi. Il a été signé, d’un côté, par les représentants de l’armée soudanaise, dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane. De l’autre, par les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo.

À lire aussi Une guérilla embrase le Soudan : la situation résumée en 3 questions

Cette interruption des combats « entrera en vigueur à 21h45, heure de Khartoum (19h45 GMT) le 22 mai » et durera « sept jours », a précisé le communiqué commun des États-Unis et de l’Arabie saoudite, publié samedi soir. Plus tôt dans la journée, des habitants de la capitale rapportaient à l’Agence France Presse (AFP) des « frappes aériennes » de plus en plus violentes faisant même « trembler les murs des maisons ». L’ambassade du Qatar a été saccagée ce même jour par des hommes armés.

Mécanisme de surveillance des États-Unis et de l'Arabie saoudite

Reste à savoir si cette trêve sera respectée. Depuis le début des combats, le 15 avril dernier, plusieurs cessez-le-feu conclus ont rapidement volé en éclats. Mais, « contrairement aux précédents cessez-le-feu, l’accord conclu à Jeddah a été signé par les parties et sera appuyé par un mécanisme de surveillance du cessez-le-feu soutenu par les États-Unis, l'Arabie saoudite et (la commu...

Lire la suite sur LeJDD

VIDÉO - Catastrophe humanitaire au Soudan