Au sommet des Brics, Chine et Russie unies pour critiquer les sanctions occidentales contre Moscou

Le président russe Vladimir Poutine a appelé jeudi les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) à coopérer face aux "actions égoïstes" des pays occidentaux, sur fond de sanctions sans précédent contre Moscou en raison du conflit ukrainien.

"Ce n'est qu'en se basant sur une coopération honnête et mutuellement avantageuse que l'on peut chercher des issues de la situation de crise frappant l'économie mondiale à cause des actions égoïstes et irréfléchies de certains pays", a déclaré M. Poutine, lors du sommet virtuel des Brics, en référence à l'effet sur l'économie mondiale qu'il prête aux sanctions plutôt qu'à son offensive contre l'Ukraine.

Il a notamment dénoncé les tentatives de ces pays occidentaux de "se servir des mécanismes financiers pour rendre le monde entier responsable de leurs propres erreurs de politique macroéconomique".

"Un rôle de meneur de la part des pays des Brics est aujourd'hui nécessaire comme jamais pour élaborer une politique unificatrice, positive visant à créer un système (mondial) réellement multipolaire", a assuré le président russe.

Selon lui, les Brics pourraient compter ici sur le soutien de "plusieurs pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine qui aspirent à mener une politique indépendante".

Amitié sino-russe

En ouverture du sommet, le président chinois Xi Jinping a dénoncé dans son discours les « sanctions unilatérales » prises par des pays selon lui avant tout soucieux de maintenir leur influence politique et leur puissance militaire. Pékin refuse de condamner l’invasion russe en Ukraine et critique les sanctions internationales prises contre Moscou.

L’Inde a de son côté commandé une importante quantité d’hydrocarbures russes à prix réduit, tandis que l’Afrique du Sud s’était abstenue lors du vote condamnant l’invasion russe aux Nations Unies.

Aux côtés de Vladimir Poutine et de Xi Jinping, le Premier ministre indien Narendra Modi, le président sud-africain Cyril Ramaphosa et le brésilien Jair Bolsonaro participent au sommet organisé à distance depuis Pékin.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles