"Il est au sol, il implore" : en 2019, Elijah McClain, arrêté par la police, a perdu la vie

L’enquête sur la mort d’un jeune homme noir l’été dernier dans le Colorado lors de son arrestation par la police va être rouverte. Ses proches ainsi que de nombreuses personnalités réclament justice pour Elijah.

Le 24 août dernier, la police d’Aurora, dans le Colorado, a reçu un appel à propos d’une «personne suspecte» portant une cagoule de ski et agitant ses mains. Aussitôt, trois agents se sont déplacés sur place et ont entrepris d’arrêter le jeune Elijah McClain, qui n’était pourtant ni armé, ni en train de commettre aucun délit. Les trois policiers ont malgré tout décidé de le confronter, et, voyant qu’il résistait, ont tenté de l’interpeller. Une arrestation fatale. Au total, le jeune homme a été retenu au sol durant 15 minutes par les officiers. Il a été victime d’une crise cardiaque sur le chemin de l’hôpital et s’est éteint quelques jours plus tard, après avoir été déclaré en état de mort cérébrale.

Sa famille a toujours affirmé qu’il avait été victime d’un usage excessif de la force de la part des policiers. Pourtant, ces derniers ont rapidement été blanchis de toute implication dans la mort du jeune homme de 23 ans. D’après l’enquête réalisée à l’époque, l’autopsie n’a donné aucune «preuve concluante» montrant la responsabilité des agents dans la mort du garçon, pas plus que les caméras présentes sur l’équipement des policiers.

D’après «The Cut», les vidéos de l’arrestation existent mais n’ont été rendues publique qu’en novembre dernier, plusieurs mois après l’incident. Et pour cause, sur les images, un officier semble admettre que le jeune homme n’a rien fait d’illégal avant d’être interpellé. Un autre accuse en revanche Elijah McClain d’avoir tenté de prendre l’une de leurs armes. Pendant ce temps, la victime, elle, explique qu’il n’arrive plus à respirer, qu’il possède sa carte d’identité sur lui mais pas d’arme, et que sa maison est «juste à côté». Il pleure, suffoque, et explique n’avoir rien fait. Mais peu(...)


Lire la suite sur Paris Match