Au sein de l'UE, un seul pass sanitaire mais différentes conditions de circulation

·1 min de lecture

Pour les Européens, les déplacements seront facilités à partir du 1er juillet avec le pass sanitaire, intégrant une preuve de vaccination, un résultat de test négatif ou une preuve de rétablissement du Covid-19 de moins de 6 mois. Le Parlement européen doit adopter définitivement ce certificat mardi. Mais les conditions d'entrée et de séjours dans les différents pays européens ne seront pas harmonisées pour autant. 

EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation lundi 7 juin

Recommandations de Bruxelles

Si les Etats de l'UE se sont mis d'accord en un temps record sur le principe de ce pass numérique, ils ne lui accordent pas tous la même portée. La santé reste en effet une compétence nationale : la Commission émet des recommandations, que les Etats ne sont pas contraints de suivre. 

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Les personnes guéries du Covid devront ainsi passer un test pour entrer en France, contrairement à ce que recommande Bruxelles. Les enfants devront être testés seulement à partir de 11 ans, alors que Bruxelles recommande 6 ans. Autre variation en Belgique, où seuls les tests PCR sont reconnus, pas les anti-géniques. En Allemagne, le risque d’une quarantaine plane sur ceux qui viennent d’une zone à forte circulation du virus. Même avec un certificat sanitaire en poche, mieux vaut donc vérifier précisément les conditions de son pays de destination. 


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles