Au secours, je n’ai plus d’espace privé !

·2 min de lecture
Au secours, je n’ai plus d’espace privé !
Photo Pixabay/cc

C’est la loi des séries : au cours des trois dernières semaines, chez nous, à Bombay, notre frigo a lâché, le nouveau ne fonctionne pas correctement, notre salle de bain a été refaite quasi entièrement en raison d’un dégât des eaux (vous savez, quand il faut détruire le carrelage et le mur pour accéder à la tuyauterie…), la clé de notre porte d’entrée a cassé et la serrure a été endommagée. Un enchaînement de petites tuiles matérielles dont on se passerait bien – et que vous avez sans doute déjà vécu aussi, où que vous viviez.

La sonnette, bande-son d’une maison indienne

Mais à Bombay, ce genre de mésaventure m’arrive dix fois plus souvent qu’à Paris car le climat tropical humide endommage tous les matériaux, dont beaucoup sont aussi de moins bonne qualité qu’en Europe. Nettoyage des climatiseurs, entretien du filtre à eau potable, étanchéité du balcon, changement des installations électriques… À moins d’avoir un intérieur 100 % composé d’acier inoxydable ou de brancher des déshumidificateurs 24 heures sur 24 (nous n’en possédons aucun), difficile d’échapper à la valse de réparateurs, de plombiers, de serruriers et autres électriciens. En l’espace de quelques années, ma liste de contacts téléphoniques s’est mise à ressembler à un petit annuaire d’ouvriers du bâtiment.

“Par conséquent, la bande-son d’une maison indienne, c’est un concert de sonnette.”

Chez nous, cela commence le matin pour le ramassage des ordures (on ne descend pas soi-même les poubelles ici, d’ailleurs, souvent, il n’y a même pas de bennes communes), puis se poursuit dans la journée ou la soirée pour des livraisons. Comme il n’existe pas de supermarchés en Inde, nous nous faisons souvent livrer, mais les produits proviennent tous de commerces différents. Ding dong (le poisson), ding dong (des fruits), ding dong (des légumes), ding dong (ah, la bière)… Parfois, c’est juste le gardien qui vient déposer une facture d’électricité. Et ce serait dommage de la glisser sous la porte sans sonner.

Une conception différente de l’intimité

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles