Publicité

Au Salvador, la politique pro-bitcoin du président Bukele ne prend pas

Sous l'impulsion de son président, le Salvador a été le premier pays du monde à adopter, en 2021, le bitcoin comme monnaie officielle, en plus du dollar. Mais alors que Nayib Bukele, candidat à sa réélection et grand favori de la présidentielle de ce dimanche, veut poursuivre l'expérience, les résultats ne sont pas là.

Il y a un peu plus de deux ans, Nayib Bukele, faisait du bitcoin, une devise virtuelle, une monnaie légale au Salvador. Une première mondiale. « À court terme, promettait alors le jeune président salvadorien, cela créera des emplois et contribuera à l'inclusion financière de milliers de personnes en dehors de l'économie formelle. » Son pari : que la cryptomonnaie favorise les transferts d'argent des trois millions d'émigrés, principalement aux États-Unis, qui pèsent 21% du PIB, vers leurs proches restés au pays, en leur faisant économiser des frais bancaires.

Quelques mois plus tard, casquette à l'envers, il allait encore plus loin, annonçant en grande pompe la création de « Bitcoin City », un paradis pour cryptoenthousiastes, exonéré d'impôts et qui devait fonctionner grâce à l'énergie thermique d'un volcan. Une « Mecque » du bitcoin censée attirer les investisseurs. Las, deux ans plus tard, les travaux n'ont toujours pas commencé et l'utilisation de la cryptomonnaie reste marginale.


Lire la suite sur RFI